23/02/2013

* JOYEUSES PRIMEVERES

 Joyeuses primevères

 

Rouge éclatant, rosé vif, jaune citron, bleu roi... les primevè­res font le bonheur des jardinières en cette fin d'hiver. Leurs joyeuses couleurs réveillent les jardins enneigés et annoncent l'arrivée imminente du printemps.

Maintenues à une tempéra­ture de 10 à 12°C, les primula acaulis donneront le meilleur d'elles-mêmes. Elles ne résisteront pas à nos appartements surchauffés. Mieux vaut alors préférer des variétés adaptées à l'intérieur, comme les prime­vères obconiques ou mala-coïdes.

On a souvent tendance à jeter les primevères de nos jardinières une fois fanées : erreur ! En bonnes vivaces qu'elles sont, repiquez-les au jardin, elles refleuriront l'année suivante. Les primevères contien­nent de la primine, une subs­tance irritante pour la peau. Les personnes allergiques et fragiles penseront à porter des gants pour effectuer les travaux d'entretien.

Qu'il est long l'hiver ! Heureusement que de courageuses résistantes au froid peuvent nous aider à patienter : les primevères. De leur nom latin «primula» qui veut dire tout premier, ces pri­mulacées sont tout naturelle­ment précoces en matière de floraison printanière. Très présentes en ce moment sur les marchés et chez les fleuristes, elles offrent une grande diversité de couleurs et de variétés (on en dénombre environ 500 espèces) : vulgaires, officinales, des marais, des montagnes... C'est toutefois les primula acaulis (vulgaris) qui sont le plus large­ment vendues. Ces vivaces appré­cient les sols riches en humus et s'épanouiront dans un substrat à base de 40 % de terre de jardin, 50 % de compost et 10 % de sable

du Rhin. La tourbe, les fibres de bois ou de coco peuvent compenser un sol alcalin (PH supérieur à 7).

 

Faciles à vivre

Si vous les plantez dans vos jardinières, utilisez un terreau spécial pour géraniums, il leur conviendra parfaitement. Et si vous souhaitez les installer dans vos parterres dès le prin­temps, veillez à ce qu'elles profi­tent d'un sol bien drainé et d'une position lumineuse sans pour autant un soleil plombant. Leur préférence va clairement aux endroits mi-ombragés et aux sols humifères. Elles n'aiment ni les arrosages intempestifs, ni les désydratations forcées : avec elles, tout est dans la constance. Régulièrement débarrassées de leurs fleurs fanées, elles refleu­riront durant des années, février-mars à mai et auront même tendance à se développer très facilement.

Joyeuses primevères

10:39 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : joyeuses primevères |  Facebook |