08/01/2016

* LES DICTONS CLASSES PAR MOIS

 

les dictons classés par mois

Le mois de janvier : Calme et claire nuit de l'an, à bonne année donne l'élan.
Le mois de février : Février, le plus court des mois, est de tous le pire à la fois.
Le mois de mars : Quand mars se déguise en été, avril prend ses habits fourrés.
Le mois d'avril : En avril, ne te découvre pas d'un fil ; En mai, fais ce qu'il te plaît.
Le mois de mai : Au premier mai, fleurit le bon muguet.
Le mois de juin : Beau mois de juin, change l'herbe en beau foin.
Le mois de juillet : Premier juillet pluvieux, les jours suivants douteux.
Le mois d'août : Qui se marie le 1er août, la corde il se met au cou.
Le mois de septembre : Septembre se nomme, le mai de l'automne.
Le mois d'octobre : Octobre à moitié pluvieux, rend le laboureur joyeux.
Le mois de novembre : Tonnerre en novembre fait prospérer le blé, et remplit le grenier.
Le mois de décembre : Décembre aux pieds blancs s'en vient ; An de neige est an de bien.

les dictons classés par mois



26/12/2015

* BONNE ANNEE 2016 (poème de ma composition)

2016.jpg

Et Noël se termine

Quand janvier se dessine

A l’aube de cette année

On débute la journée

 

L’étoile nous a ravis

A balayé nos soucis

Et nous a semé l’amour

En notre cœur tour à tour

 

Bonne année, bonne santé !

Et d’emblée, sérénité

Joie et bonheur, paix pour vous

Plein de douceur entre nous

 

Bisous, de la bonne humeur

Partout il y a de l’ardeur

Bien présent le nouvel an

Faut l’entamer en chantant  !

 

Amour, santé et bonheur

Joie et bonté dans les cœurs

Soyez heureux et comblés

Mais vivez le verbe « aimer » !

 

Josiane, le 1er janvier 2016.

bonne annee1.jpg

 

14:21 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2015

* HEUREUX NOEL (poème de ma composition)

creche.jpg

Noël en son manteau d’hiver frappe à notre porte

Les bras chargés de cadeaux qu’avec bonheur il nous apporte.

Par un message de paix et rempli d’amour il nous transporte

Vers un monde plein d’espoir où dignement il nous escorte.

Au sommet du sapin, une étoile brille

Tandis que de mille feux les guirlandes scintillent

C’est la fête, la joie, la lumière de Noël

L’Unité et le rappel de Bethléem !

Les enfants sèment le bonheur

Par leurs cris et leurs rires, ils réchauffent les cœurs.

Le merveilleux repas rassemble la famille avec ardeur

Et la bûche prend tout son sens avec un bon verre de liqueur.

Chantons Noël en nos villes et campagnes

Que l’écho de nos cœurs retentisse vers la montagne

Et transmette l’amour au-delà des frontières

L’amitié, la santé, à la terre tout entière.

noel.jpg

10:22 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/12/2015

* LA NUIT (poème de ma composition)

nuit.jpg

Voici le temps de vivre à fond tous les beaux rêves

Le moment du « moi » profond, de ces heures brèves

Où tout entier, nous sommes bercés vers l’oubli

Pour y laisser au lendemain tous les soucis.

 

Les nuits sont aussi des heures de long sommeil

Pour être frais et dispos à notre réveil

Et voler chaque soir dans les bras de Morphée

En se disant bonsoir, en rêvant d’être aimée !

 

Avant de s’endormir, tout bas sur l’oreiller

Les confidences fusent, il faut écouter

Et la sérénité pour une nuit paisible

Car le calme et la paix nous seront très sensibles.

 

Mais la nuit est favorable au temps des amours

Allongés côte à côte, faisons-nous la cour

Et prônons la tendresse à la tombée du jour

Les mots doux sans cesse se diront tour à tour.

 

Et bonne nuit à vous ô peuple de la terre

Car la lune sur nous est emplie de mystère

Veille avec les étoiles sur notre humble vie

Pour que l’amour dévoile puissance infinie.

 

ciel-nuit.jpg

21:46 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2015

* LA VIEILLESSE (poème de ma composition)

mains.jpg

A partir d’un certain âge

On n’a plus le droit de parler

Et les rides du visage

Sont le poids de notre passé.

 

Ecouter de la morale

Et sans rien dire on avale

Car on nous prend pour des enfants

Qui jouent dans la cour des grands.

 

Le monde est un chambardement

Et l’on ne se retrouve pas

Où la vitesse clairement

Domine la douceur des bras.

 

Pourtant nous avons l’expérience

D’une vie aussi bien remplie

On veut seulement le silence

Dans notre coin, on nous oublie.

 

Pauvres grands-mères du passé

Avec qui l’on parlait jadis

Entre mamys et petits-fils

De tous les souvenirs sacrés.

 

Et je terminerai ma vie

Seule au milieu de nulle part

On ne m’entend pas si je crie

« Je suis là », avant mon départ !

vieillesse.png

13:58 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |