26/11/2015

* LA VIEILLESSE (poème de ma composition)

mains.jpg

A partir d’un certain âge

On n’a plus le droit de parler

Et les rides du visage

Sont le poids de notre passé.

 

Ecouter de la morale

Et sans rien dire on avale

Car on nous prend pour des enfants

Qui jouent dans la cour des grands.

 

Le monde est un chambardement

Et l’on ne se retrouve pas

Où la vitesse clairement

Domine la douceur des bras.

 

Pourtant nous avons l’expérience

D’une vie aussi bien remplie

On veut seulement le silence

Dans notre coin, on nous oublie.

 

Pauvres grands-mères du passé

Avec qui l’on parlait jadis

Entre mamys et petits-fils

De tous les souvenirs sacrés.

 

Et je terminerai ma vie

Seule au milieu de nulle part

On ne m’entend pas si je crie

« Je suis là », avant mon départ !

vieillesse.png

13:58 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Une poésie sur ce que l'on appelle pudiquement "le troisième âge" que je trouve émotionnellement riche et pleine de sens.
Josiane, vos précieuses facultés intellectuelles ont bel et bien gardé leur vigueur première et j'apprécie l'usage que vous faites de vos réflexions sur le défilement implacable du temps !

Amicales pensées

Écrit par : Ecrit-Libriste | 10/12/2015

Répondre à ce commentaire

un tout grand merci à Ecrit-Libriste pour votre visite sur mon blog ainsi que vos félicitations, cela me touche beaucoup et me donne envie d'écrire encore de jolis poèmes.

Écrit par : josiane | 10/12/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.