28/11/2012

* HOMMAGE AUX AIDE-SOIGNANTES (ce poème n'est pas de ma composition)

 

Elle boutonne sa blouse comme chaque matin machinalement

Le soleil se lève à peine, elle s’étire un court moment

Après s’être lavé les mains soigneusement

La journée peut alors commencer, maintenant.

 

Elle frappe à la première porte et dit « bonjour »

Une voix timide lui répondra peut être en retour

Avec un sourire plein de tendresse et de bonté

Elle fera son devoir avec compassion et humilité.

 

Nettoyer, sécher, masser les peaux fragilisées

Par la maladie, le poids des années

Habiller, soulager et même rassurer

Les personnes qui ont besoin d’être aidées.

 

Elle frappe à la deuxième porte et recommence

Un visage s’illumine rien que par sa présence

Un baiser sur le front apaisera les craintes passagères

Les douleurs à calmer, seront pour l’infirmière.

 

Frictionner, parfumer, coiffer les visages abîmés

Que le temps, au fil des ans, a fini par rider

Parler, redonner confiance et dignité

Aux personnes que la vie a blessées.

 

Derrière chaque porte, il y a une personne à part entière

Un être humain unique, avec ses joies et ses colères

Qu’il osera exprimer si la complicité s’invite naturellement

Avec l’habitude de la voir arriver régulièrement.

 

Frotter, pommader, déshabiller les corps malmenés

Par les accidents, les pathologies, l’usure du passé

Sourire, écouter, essayer de comprendre simplement

Les personnes malades qui recherchent un encouragement.

 

Elle déboutonne sa blouse, comme chaque soir, machinalement

Le soleil se couche à peine, elle baille un moment

Apres un rapide « bonsoir » aux collègues fatiguées

Elle va pouvoir, elle aussi rentrer se reposer.

 

Aider aux devoirs, coucher les enfants et les embrasser

Finir la vaisselle, discuter avec son mari, le chouchouter

Faire un dernier tour de l’appartement et tout vérifier

Elle finira aussi par aller se coucher.

 

Elle est AIDE-SOIGANTE, métier mal reconnu, et pourtant

Combien ses gestes quotidiens sont importants,

Car tous les trésors du monde n’ont pas la valeur

Des sourires qu’elle offre avec son cœur.

 

Hommage aux aide-soignantes

 

26/11/2012

* L'AGE QUE TOUT LE MONDE ATTEND

L'âge que tout le monde attend

L'âge que tout le monde redoute

Car sans aucun doute

C'est à cet instant

Que l'on vit ses meilleurs moments.

...Avant, c'est l'enfance

Avec ses souvenirs immenses.

 

Avant, c'est l'adolescence

Et l'émerveillement au fil des jours

Devant le monde, devant le néant

Devant le tout, devant l'Amour.

 

Avant, c'est cette période,

Où l'on se croit un homme,

Où l'on se croit une femme,

Mais où l'on n'est qu'une flamme.

 

Avant, on n'est qu'une flamme,

Qui brille au fond des yeux,

Qui brille au fond de l'âme,

Qui brille au fond du cœur.

 

Avant, on n’est qu'une flamme,

Tremblotante et hésitante

Qui à la moindre brise vacille

Et quand tout redevient tranquille

Renaît d'une nouvelle flamme.

 

Cette nouvelle flamme

C’est la jeunesse

Et la jeunesse

C'est le temps.

 

Et tes vingt ans, c'est ce temps

Dont on fait un passe-temps

Qui lasse de temps en temps

Durant l'éclair d'un instant.

 

Pour se demander si l'on aura le temps

Pour se questionner sur ce temps

Sur l'avenir de notre temps

Et sur l'avenir de nos vingt ans.

 

Vingt ans

C'est une flamme intense

Qui brille au fond de nous

Qui brûle au fond de nous

Et cette flamme c'est l'Amour.

 

Vingt ans, c'est l'Amour

Et c'est un beau jour,

Un garçon formidable et joyeux

Une fille adorable et merveilleuse

Et c'est à deux, qu'ils forment un couple heureux.

 

Appréciant à deux

Le chemin écoulé

Savourant à deux

Le temps présent,

Espérant à deux, un avenir heureux.

 

Quand on est heureux

Vingt ans c'est la joie de vivre

C'est la soif de vivre

C'est profiter à tout instant de tous les moments

C'est profiter à tout moment de tous les instants.

 

Quand on est deux, vingt ans,

C'est l'aventure, c'est la découverte

Incessante de l'Autre

Des autres,

Sans cesse aveuglés par l'éclatant soleil de l'Amour.

 

Vingt ans

C'est la tendresse pour certains,

L'amitié pour quelques uns,

L’Amour pour un…

 

Vingt ans,

C'était hier,

Vingt ans,

C'est aujourd'hui,

Vingt ans,

Ce sera demain.

 

Avec l'Amour,

Qui te guidera pour toujours

Dans ces chemins merveilleux,

Qui font de la vie,

Quelque chose de magnifique.

Qui font de la vie,

Une plage où tout resplendit.

Avec son soleil, dont la chaleur,

Dont la tendresse forme le Bonheur.

 

La vie, c'est cette plage qui est sans ombrage

Car le vent du Bonheur chasse sans heurt,

Les nuages qui obscurcissent cette image

Du Bonheur.

 

La plage c'est la vie, la mer c'est le plaisir

Qui vient, par vagues, mourir,

Sur les sommets de cette plage sans nuage.

 

La mer c'est le plaisir

Le Plaisir de l'Autre,

Le Plaisir dans l'Autre,

Le Plaisir des Autres.

 

La vie c'est le Bonheur,

Le Bonheur c'est le Plaisir

Donc la vie c'est le Plaisir.

 

Le Plaisir de vivre

Le Plaisir d'aimer, le désir d'être aimé

Car Désir et Plaisir

Forment notre seul Loisir.

 

Désirer c'est savourer son Plaisir,

Plaire, c'est préparer son désir,

Car de notre temps, vingt ans

C'est vivre et c'est le Désir

Le désir de vivre.

Vingt ans

C’est le Plaisir de vivre.

 

VINGT ANS

C'EST TOUT TON AVENIR.

 

l'âge que tout le monde attend

Bon anniversaire ma chérie !

 

18/11/2012

* MA PETITE-FILLE A 20 ANS

Ah quel bonheur d'avoir 20 ans

Mordre la vie à pleines dents

S'élancer, chercher le bonheur

Et priorité à ton cœur.

Je te souhaite le grand amour

La réussite de ton parcours

Et si parfois sur ton chemin

Tu rencontres quelques ennuis

Dis-toi bien que le lendemain

Tout peut être bien rétabli.

Que ce jour t'apporte la joie

La certitude de tes choix

Pour un métier que tu aimes

Par les efforts que tu sèmes.

Un très joyeux anniversaire

Que ta longue route s'éclaire !

 

Joyeux anniversaire, Elodie, ma chérie !

Le 14 novembre 2012

 

Image5.jpg

 

15:41 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

01/11/2012

* POUR NOS DEFUNTS

pour nos défunts

Je pense à vous, mes proches chèrement aimés

A votre vie, à ce que vous m’avez donné

A l’amour, la tendresse, que j’ai reçus de vous

A votre présence me réconfortant surtout.

Je vous ai tant aimés, mes tout chers disparus

Même si j’ai manqué, durant votre vécu

De vous redire : « je t’aime » moins souvent que prévu

Mais vous le saviez bien, j’en suis très convaincue.

En ce jour de Toussaint où souvenirs reviennent

Mon cœur rêve soudain de vous revoir un jour

Dans l’au-delà lointain que l’amour redevienne

Le sentiment certain de nos âmes pour toujours.

 

pour nos défunts

 

09:05 Écrit par josiane70 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : pour nos défunts |  Facebook |