25/03/2011

* AUTO-POESIE (poème) écrit en 2007

dyn009_original_321_450_pjpeg_2631944_6d69f2becbebf96c5e43859d68d8b205.jpg

10:29 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : auto poésie |  Facebook |

14/03/2011

* NOS ARBRES (poème)

arbres

Arbres majestueux de nos jolies forêts

Ou ceux bien précieux de nos petits bosquets

Hêtre, chêne, peuplier ou bien marronniers

Le bruissement des feuilles semble nous convier

Au silence profond de riche nature

A l’écho qui répond aux oiseaux qui rassurent.

 

Vous êtes le poumon vert de notre pays

Et celui qui représente un vrai paradis

Au doux parfum exquis embaumant nos grands bois

Votre diversité nous offre tous les choix.

 

Bouleau, épicéa, charme ou noisetier

Tilleul, acacia, saule ou bien le châtaignier

Votre force nous donne richesse certaine

Loin des centres enfumés, des sources urbaines.

 

Et notre cher sapin sans qui Noël est nul

Les pommes de pin qui sans cesse s’accumulent

Pour la pâte à papier et la menuiserie

Que l’on peut travailler et que l’on apprécie.

 

Mais n’oublions surtout pas nos arbres fruitiers

Pommes, poires, cerises, et aussi pruniers

Font le bonheur de tous, servent à étancher

La soif et le besoin de se désaltérer.

 

Les arbres des forêts ont de sombres ramures

Dégagent discrets de suaves murmures

Il faut vous préserver, soigner, vous protéger

Et puisse l’avenir sans tarder vous garder.

 

Josiane

 

« J’ai revu ma forêt captive des hivers

S’éveiller mollement à de tièdes haleines

Déjà dans l’air plus bleu, les grands arbres sont verts

Et le parfum des bois s’exhale vers les plaines ! »

F. Severin

arbres

21:40 Écrit par josiane70 dans Littérature/Poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nos arbres |  Facebook |

04/03/2011

* BIENVENUE AU PRINTEMPS (poème)

printemps

La nature veille encore en son lit d’hiver

Mais Mars nous prépare en secret le gai printemps.

La froidure se termine, le ciel s’éclaire

Une lueur d’espoir dans les cœurs se répand.

Timidement, le soleil figé se dessine

Etonnamment, les visages clos s’illuminent.

Quelques bourgeons s’ouvrent, ils sont bien décidés

A s’épanouir, se tendre et à s’imposer.

Les oiseaux gazouillent, sifflent le renouveau

Leurs chants nous appellent à travers les coteaux.

La rosée du matin envahit les prairies

Les jonquilles du jardin, fleurs qu’on apprécie

S’éveillent peu à peu à cette renaissance

De leur jaune éclatant marquant leur élégance.

La sève grimpe aux arbres et leur rend verdure

Mais l’amour coule à flots, et plus, il transfigure

Car que serait le monde sans pouvoir aimer ?

Sans tendresse profonde et printemps à fêter ?

 

Josiane

printemps

 

printemps